Trois associations s'élèvent contre un récent décret du Gouvernement français, mettant en place un fichier national des personnes ayant fait l'objet de soins psychiatriques sans consentement. Elles estiment que le discours qui soutient ce décret fait l'amalgame entre radicalité et psychiatrie.